RESPECT DE L’ENVIRONNEMENT

SWISS BULLION COMPANY, en partenariat avec la Chambre des Mines du Mali


Fermer les trous béants creusés et abandonnés comme tels par des centaines de milliers d'orpailleurs maliens actifs sur des milliers d'hectares à travers le pays, niveler le terrain défiguré des sites d'orpaillage et enfin y planter des arbres, telle est l'idée de SWISS BULLION COMPANY, société financière et holding suisse spécialisée dans le commerce de l'or. Est-il besoin de rappeler que l'exploitation artisanale de l'or se fait au détriment de la préservation et de la protection de la nature et de l'environnement.


Les orpailleurs maliens sont peu ou pas du tout sensibilisés au respect de l'environnement; encore moins à la restauration des espaces ayant fait l'objet de dégradation, de pollution et de prolifération de substances nuisibles à la fois à l'homme et à la nature.La compagnie suisse, SWISS BULLION COMPANY, s'est dite intéressée à inverser cette tendance. Elle est venue au Mali discuter avec la Chambre des Mines du Mali du Projet dont elle porteuse en matière de respect et de restauration de l'environnement des sites d'exploitation artisanale du métal jaune. Sur la question, le président PONA, en présence de son secrétaire général, a écouté avec intérêt monsieur Dario LITTERA, président de SWISS BULLION COMPANY qui était accompagné au Mali pour la circonstance de ses plus proches collaborateurs.

Le président LITTERA s'est dit convaincu qu'il reste encore une quantité insoupçonnée d'or sur les sites d'exploitation artisanale. De l'or abandonné par les orpailleurs qui ont certes un bon flair mais pas la technicité requise. Un des volets du Projet est de conclure avec les détenteurs des sites entente autorisant SWISS BULLION COMPANY de récupérer, par une technologie appropriée, l'or lassé sur place par les orpailleurs. Après avoir récupéré tout l'or, alors, SWISS BULLION COMPANY rase tout, nivelle tout et plante des arbres. Sur certains des espaces, la compagnie suisse envisage la culture d'espèces végétales pourvoyeuses biocarburant. Le président de la Chambre des Mines, le sieur Abdoulaye PONA a jugé l'idée généreuse. Et il s'est engagé à s'impliquer pour faire aboutir au Mali cette heureuse initiative.