Impact sur l’économie au Mali

L'or est depuis bientôt dix années consécutives le premier produit d'exportation du Mali. Loin devant le coton (dont le Mali fut le premier producteur africain) et devant le bétail sur pied. Ainsi, l'apport du secteur minier (l'or) à l'économie nationale est estimé à 8,0% du PIB en 2012 (contre 6,2% en 2008) soit 415,23 milliards FCFA contre 350,80 en 2011.


En 2012 les exportations du Mali sont estimées à 1 473,4 milliards FCFA. Sur ce montant, les exportations de l'or seul se sont chiffrées à 1 028,1 milliards FCFA pour la même année 2012, soit donc 70% des exportations totales du Mali. Un chiffre en progression de 23% par rapport à 2011. Au cours des dix dernières années, les apports agrégés du secteur minier au budget national ont progressé de 540%.

Ainsi, le secteur a rapporté 50,882 milliards FCFA en 2003 pour atteindre en 2012 le montant de 284,225 milliards FCFA. Cette augmentation de l'apport de l'or s'explique par l'évolution positive du cours moyen de l'or sur le marché international. En effet, le prix du métal jaune est passé de 416, 25 dollars l'once en 2003 à 1 720 dollars l'once en 2012 soit une progression de plus de 400% du prix de l'or. Cette évolution se justifie également par l'augmentation de la production de l'or au Mali qui aura atteint les 480, 582 tonnes durant la période 2003-2012 avec une production moyenne de 50 tonnes d'or par an. Auxquelles il faut ajouté une production artisanale de 4 tonnes par an.


Les perspectives de production industrielle de l'or sont bonnes. Ainsi, si les cours se maintiennent autour de 1 500 dollars l'once, il est attendu respectivement une production de plus de 45 tonnes d'or en 2013 et près de 50 tonnes en 2014. Les réserves prouvées des 9 mines d'or aujourd'hui en activité se chiffrent à 600 tonnes d'or auxquelles il faut ajouter les nouveaux projets annonçant de nouvelles découvertes substantielles. Cependant, si le rythme actuel de l'exploitation se maintient dans les 9 mines industrielles, les réserves seront épuisées dans les dix années à venir. Ceci constitue une menace réelle sur l'économie et aussi et surtout sur les emplois créés par les mines industrielles.

En effet les 9 mines industrielles en activité emploient aujourd'hui 3 862 personnes (contre 3 812 en 2011), en majorité des Maliens. Il s'agit des mines: Samisy.sa, Morila. sa, Sadiola.sa, Somika.sa, Yatela.sa, Wassoul'Or.sa, Somilo.sa, Gounkoto.sa et Semico.sa. Le total des emplois des sociétés minières suscitées et leurs sociétés de sous-traitance atteint aujourd'hui les 11 958 personnes (année 2012). Les salaires versés par les sociétés minières sont passés de 15,890 milliards FCFA en 2008 à 33,320 milliards FCFA en 2012 soit une augmentation de 100% en seulement cinq ans. Et les cotisations sociales sont passées de 5,191 milliards FCAF en 2008 à 7,566 milliards FCFA en 2012.


Malgré cette embellie du secteur de l'or force est de se pencher sur les déséquilibres sociaux et environnementaux créés par l'exploitation minière au Mali sur ses conséquences négatives sur le développement du pays et le bien-être des populations notamment les riverains des mines. Même s'il avoue n'avoir aucun contrôle sur ces déséquilibres, l'Etat affirme se préparer à les corriger.