TOGUNA SA A LA CHAMBRE DES MINES

 

Les phosphates de Bourem: l'usine rouvre, les populations jubilent

Les piroguiers, les gargotiers, les mécaniciens et autres électriciens de la bourgade de Borem se frottent les deux mains, et pour cause. Depuis juin 2009, l'entreprise TOGUNA. SA a repris, en entente avec l'Etat malien qui cède ses parts, l'usine des Phosphates de Borem, désormais en activité après 18 ans d'arrêt. Les deux Conventions signées avec l'Etat sont grosses d'une promesse d'investissement de 15 milliards Fcfa d'investissement par TOGUNA.sa et aussi, la création d'au moins 400 emplois permanents. Une entreprise au capital de 3 milliards Fcfa a été créée à cet effet.
Le PDG de TOGUNA.SA, Monsieur Seydou Nantoumé est venu à la Chambre des Mines du Mali le 27 décembre 2011 pour, dit-il, "saluer le nouveau bureau élu" de la représentation des opérateurs miniers du Mali, la CMM. Parce que, a dit encore le PDG, "j'ai désormais un pied chez vous"- c'est à dire dans le domaine des mines- et "j'ai besoin de votre soutien et surtout de vos bénédictions".


Le ton était dans une familiarité bienséante, sur fond de fierté de constater que, c'est un national qui a décidé d'investir ses fonds propres dans un domaine à la fois stratégique et porteur qu'est l'engrais phosphaté. Et le président PONA pèse bien ses mots quand il déclare: "nous sommes ici à la Chambre, c'est aussi pour l'insertion et la promotion des nationaux dans le domaine des mines".


Aujourd'hui, les installations de l'usine des phosphates de Borem ont été réhabilitées par TOGUNA.SA et une unité de broyage est désormais fonctionnelle. Elle produit en moyenne 160 tonnes par jour. Avec l'acquisition imminente d'une nouvelle machine à broyer, la production devrait passer dans les mois à venir à 400 tonnes/jour. La production du granulé est prévue pour 2013. L'objectif affiché par TOGUNA est de produire 100 000 tonnes d'engrais par an. Ceci est sans commune mesure avec les 36 000 tonnes d'avant la fermeture de l'usine.
Le PDG de TOGUNA.SA entend lever tout équivoque sur le versement, effectif depuis bonne date, de l'intégralité des droits d'acquisition de l'usine de Bourem. "Nous avons tout payé", a-t-il dit.
Faut-il rappeler que ce qu'on appelle communément les Phosphates de Tilemsi ont été découverts en 1935. Il a fallu attendre 1976 pour voir un début d'exploitation du minerais. Les phosphates de Tamaguilelt dans la zone de Borem représentent une réserve de 20 millions de tonnes. Et selon les spécialistes du Liptako Gourma (organisme sous régional) "les phosphates de Tilemsi sont plus riches en fer et en Al, d'une meilleure solubilité, faciles à broyer et faciles à solubiliser". En terme clair, c'est l'un des meilleurs phosphates au monde.
Monsieur Mohamed BOUHSANE, directeur des opérations de la canadienne GREAT QUEST MALI SA est de cet avis. Monsieur BOUHSANE a lui aussi honoré la Chambre des Mines du Mali de sa visite. Sa société a décidé de vendre sa mine d'or de Kéniéba pour s'orienter vers les phosphates de Tilemsi. GREAT QUEST MALI SA, société canadienne de droit malien a décidé d'investir pour un départ 2,5 millions de dollars. Bien qu'il ait jeté tout son dévolu sur le secteur de l'agriculture, le Mali continue à importer la presque totalité de ses intrants agricoles dont l'engrais. Et quel engrais! Le Sénégal et la Côte d'Ivoire se partagent la quasi totalité de l'engrais importé au Mali. Courant 2011, le Maroc s'est ajouté au lot, avec une commande malienne de 25 000 tonnes d'engrais d'une valeur de 8 milliards Fcfa auprès de l'Office Chérifien des phosphates. Faut-il encore le dire: les phosphates sont un engrais naturel. Le PDG de TOGUNA, Seydou Nantoumé confirme que l'engrais de Borem fait aujourd'hui l'objet d'une forte demande, notamment en Europe où le tout naturel est aujourd'hui la donne majeure. Mais le PDG Nantoumé n' a pu s'empêcher d'évoquer les aspects sécuritaires au Nord Mali. Parce qu'en effet, situé au Nord du Mali, l'usine d'exploitation des phosphates de Tilemsi a trop souffert des rébellions successives.